samedi 8 juillet 2017

Soldats d'Ali 2/La 52ème brigade turkmène de la mobilisation populaire


La 52ème brigade turkmène de la mobilisation populaire illustre les choix faits par certains Turkmènes chiites irakiens. La brigade, créée en juillet 2016, recrute majoritairement à Amerli, zone de peuplement turkmène chiite, dont le siège par l'EI en 2014 avait attiré comme un aimant les milices chiites pro-iraniennes, soucieuses de se présenter en rempart contre les terroristes sunnites menaçant d'exterminer des coreligionnaires. Plus intéressant encore, cette 52ème brigade est en réalité le bras armé du Badr, une des milices pro-iraniennes, et sans doute la plus importante numériquement en Irak, dans le secteur. La brigade assure essentiellement des tâches de sécurité locales mais a été mobilisée en octobre 2016 pour défendre Kirkouk attaquée par un commando suicide de l'EI.




Historique


La 52ème brigade turkmène de la mobilisation populaire (Hashd al-Shaabi) est constituée le 15 juillet 2016. C'est une des brigades turkmènes de la mobilisation populaire chiite, après la 16ème qui l'a précédée.

Les Turkmènes irakiens, partagés entre chiites et sunnites (40%-60%) sur une population estimée entre 500 000 et 3 millions d'individus, ont réclamé une province autonome autour de la ville de Tal Afar, pour l'instant aux mains de l'EI à l'ouest de Mossoul. De fait, la communauté est très divisée sur des lignes à la fois sectaires et politiques. Certains Turkmènes sunnites du nord de l'Irak se sont réfugiés dans la zone contrôlée par la Turquie et ses alliés rebelles en Syrie, au nord et à l'est d'Alep. Mais les Turkmènes sunnites sont loin d'être tous favorables à la présence de la Turquie dans le nord de l'Irak. De nombreux Turkmènes chiites ont quant à eux rejoint la mobilisation populaire (Hashd al-Chaabi). Ils se sont affrontés à la fois à l'EI mais aussi aux Kurdes irakiens, notamment, à Tuz Khurmatu, zone de peuplement mixte au sud de Kirkouk.

Yilmaz Najjar, qui annonce la création de la 52ème brigade à Tuz Khuzmato, explique qu'elle est formée pour assurer la sécurité de la localité contre l'EI. Najjar dit aussi que les Turkmènes chiites cherchent déjà à constituer une troisième brigade pour la mobilisation populaire. Le 15 septembre 2016, l'armée irakienne charge la 52ème brigade de la réfection d'un pont stratégique permettant de gagner le nord de Bagdad. Le 21 octobre, la 52ème brigade est mobilisée (à hauteur d’un millier d'hommes) pour rejoindre Kirkouk après l'attaque que l'EI a lancée sur la ville suite au déclenchement de l'offensive sur Mossoul quatre jours plus tôt.

La 52ème brigade semble recruter à Amerli, localité peuplée de Turkmènes chiites. Elle est commandé par Mehdi Taqi Al Amerli. En janvier 2017, le 4ème régiment de la brigade est dans les monts Hamrin. Le 1er janvier, Hadi al-Ameri, le chef du Badr, organisation pro-iranienne à laquelle est manifestement liée la 52ème brigade, rencontre Mehdi Taqi Alamrla. Le 4 janvier, le chef de la 52ème brigade rencontre le chef local de Saraya al-Khorasani. Le 14 janvier, le 4ème régiment de la brigade abat un drone de l'EI de type X7 Skywalker. Le 26 janvier, un communiqué annonce une opération conjointe avec Saraya al-Khorasani dans les monts Hamrin.

Au centre, en bleu, Mehdi Taqi Al Amerli, qui commande la 52ème brigade.



En février 2017, la 52ème brigade combat dans les montagnes Hamrin. Une publication du 4 février vante les combattants âgés de la brigade qui restent encore sous les armes. Le 7 février, un communiqué annonce que le 7ème régiment de la brigade a reçu un entraînement poussé, notamment aux combats de rue. Le chef du Badr, Hadi al-Ameri, visite le commandement de la 52ème brigade. Le 10 février, la branche média remercie des membres de la brigade pour l'entretien de leur véhicule. Le 12 février Mehdi Taqi Al Amerli rencontre les chefs de tribus de la province de Salahuddine pour faire le point sur la sécurité dans le secteur. Des photos du 17 février montrent les armes prises à l'EI dans les monts Hamrin : outre de nombreux RPG-7 avec munitions et plusieurs mortiers, on remarque 3 technicals de la 52ème brigade dont 2 portent les emblèmes du Badr sur la portière conducteur.



En mars 2017, la 52ème brigade a un détachement qui combat dans les monts Hamrin. Le 3 mars, Mehdi Taqi Al Amerli met lui-même la main à la pâte à bord d'une pelleteuse pour une opération de terrassement, pour la caméra. Le 4 mars, des photos montrent des miliciens de la 52ème brigade opérant avec le 1er bataillon commando de la brigade de commandos de l'armée. Ce même jour, un autre reportage photo montre le 7ème régiment (Résistance d'Amerli ; sans doute une subdivision de la brigade) à l'entraînement. Il est question dans un autre reportage du 9ème régiment de « forces spéciales ». Un communiqué du 6 mars avec des photos montrant les miliciens turkmènes traînant un corps de combattant de l'EI mentionne le 3ème bataillon d'un régiment, sans doute une subdivision de la brigade. Le 10 mars, Mehdi Taqi Al Amerli est avec le commandant de la 3ème brigade du Badr, « Les lions d'Amerli ».




Propagande et idéologie


La 52ème brigade du Hashd al-Chaabi dispose d’une page Facebook, régulièrement alimentée ; celle de sa branche média l’est un peu moins. Mehdi Taqi, le chef de la formation, a également un profil public sur Facebook assez fourni .

L'emblème de l'unité reprend le bras dressé et le fusil d'assaut AK des Pasdarans (ce qui marque bien le lien avec l'Iran, via le Badr) ; on lit « Premier Ministre, l'Autorité da la mobilisation populaire », et « Média de guerre » en bas sous l'inscription « Brigade 52 ».



La 52ème brigade turkmène semble étroitement liée à la branche du Badr à Amerli (dont la page Facebook est indiquée en lien sur la page de l’unité). Le drapeau du Badr est dans le bureau du commandant de la 52ème brigade. Un reportage photo du 16 février dans les monts Hamrin montre les combattants de la 52ème brigade avec le drapeau du Badr. Une vidéo du 19 février montre un combattant de la 52ème brigade avec un drapeau du Badr qu'il porte dans le dos.







La 52ème brigade honore ses morts par des affiches : 1 le 14 janvier 2017, 2 le 30 janvier 2017, 1 pour le 1er mars 2017, et 4 rien que pour le 2 mars 2017, par exemple.

Le 6 septembre 2016, on peut voir une photo de Qassem Soleimani, le chef de la force al-Qods des Pasdarans. Le 11 janvier, la branche média est en compagnie d'Abou Mahdi al-Muhandis. Le 27 janvier, un poster montre Khomeiny, Ameri et le chef de la 52ème brigade mis côte-à-côte. Le 30 janvier, on trouve sur la page du Badr d'Amerli la biographie du nouveau ministre de l'Intérieur, qui vient du Badr. Un poster du 11 février montre le commandant de la brigade aux côtés d'Ali al-Sistani, la plus haute autorité religieuse chiite irakienne. Un poster du 19 février montre Mohammad Mohammad Sadeq al-Sadr, le père de Moqtada al-Sadr, assassiné en 1999 par Saddam Hussein. Le 27 février, le commandant de la brigade apparaît sur un poster aux côtés d'Ameri, le chef du Badr. Le 28 février, un poster de la page du Badr d'Amerli montre et fait l'éloge de Khamenei. Mehdi Taqi partage souvent des vidéos d'archives de l'organisation Badr publiées sur les pages Facebook de son héritier actuel.







Armement, matériels, tactiques


Les miliciens turkmènes sont majoritairement équipés d'AK. Les tireurs d'élite disposent de SVD Dragunov. Un reportage photo du 14 janvier 2017 montre que la 52ème brigade a au moins un fusil anti-matériel iranien AM 50 (12,7 mm).



Une vidéo du 25 janvier sur la ligne de front des monts Hamrin montre 2 pick-up de la police fédérale avec KPV (et drapeau du Badr), un pick-up avec LRM Type 63. Un des fantassins qui parle devant la caméra porte l’emblème militaire du Badr sur la poitrine.

Une vidéo du 31 janvier montre une colonne de la brigade : technical avec DSHK protégé par un bouclier embarquant un tireur PK, technical avec ZU-23 monotube, Land Cruiser avec DSHK, Land Cruiser avec ZU-23 dans une tourelle. On voit ensuite Mehdi Taqi tirer au mortier moyen (82 mm).

Une vidéo du 21 février montre le camion avec canon sans recul M40 (copie iranienne) de 106 mm, qui ouvre le feu à deux reprises.




Un cliché du 24 février montre le commandant de la 52ème brigade pilotant un Safir iranien avec canon sans recul M40 de 106 mm (qui porte sur le capot le drapeau du Badr).



Le 8 mars, on peut voir en photo un Land Cruiser avec ZU-23 monotube.

Un reportage photo du 10 mars 2017 montre que la 52ème brigade dispose d'un camion avec canon sans recul M40 (copie iranienne sans doute) de 106 mm, d'un technical avec KPV, d'un Humvee avec KPV et canon sans recul SPG-9 en tourelle, d'un véhicule de la police fédérale avec ZPU-2, d'un mortier moyen. Une vidéo du 10 mars montre les mêmes matériels. On revoit un véhicule avec ZU-23 en tourelle. Les miliciens tirent aussi avec un mortier de 82 mm.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire