mardi 22 août 2017

Mourir pour le califat 106/Fenêtres sur le Yémen (2)-Wilayat Bayda

Titre : Fenêtres sur le Yémen (2).

Durée : 12 minutes 8 secondes.

Lieu(x) : séquence 1, combat contre les Houthis à Qifiya, à Al Zahra.








Date (sûre par recoupement ou estimée) : vidéo mise en ligne le 15 août 2017.

Combats de la séquence 1 : reportage photo du 30 avril 2017.

Groupe dans une grotte de nuit et tir de mitrailleuse PK nocturne, séquence 1 : reportage photo du 31 mai 2017.

Type de vidéo : c'est une vidéo mêlant propagande et aspects militaires.

Découpage (séquences) :

1 : 15''-3'16'', combats.
2 : 3'16''-6'04'', camp d'entraînement.
3 : 6'04''-6'52'', scène de dawaa, enseignement de la charia.
4 : 6'52''-8'53'', propagande.
5 : 8'53''-9'31'', kamikazes.
6 : 9'31''-10'15'', propagande.
7 : 10'15''-11'02'', discours d' Abu Habib Al Ta'azi.
8 : 11'02''-12'08'', propagande.

samedi 19 août 2017

Mourir pour le califat 105/ La poussière de la bataille-Wilayat al-Raqqah

Titre : La poussière de la bataille.

Le sous-titre mentionne l'assaut « Faadil al Halabi » du nom d'un martyr de l'EI probablement.

Durée : 7 minutes 54 secondes.

Lieu(x) : Raqqa.




Source de la carte : isislivemap.com


Date (sûre par recoupement ou estimée) : la vidéo a été mise en ligne le 16 août 2017.

Les 2 VBIED et les combats associés dans la séquence 3 correspondent à des images de l'EI du 14 et du 15 août. Le sous-titre mentionne une opération le 14 août.

Type de vidéo : vidéo de défense agressive, l'EI contre-attaque les SDF qui investissent Raqqa.

Découpage (séquences) :

1 : 15''-49'', introduction.
2 : 49''-3'20'', discours, kamikazes avant leur opération.
3 : 3'20''-7'54'', VBIED et combats à Raqqa.

vendredi 18 août 2017

Mourir pour le califat 104/Puis ils seront vaincus-Wilayat Homs

Titre : Puis ils seront vaincus.

Durée : 6 minutes 30 secondes.

Lieu(x) : front de Humaymah.

Date (sûre par recoupement ou estimée) : la vidéo a été mise en ligne le 16 août 2017.

L'assaut à Humaymah correspond à une vidéo Amaq et à un reportage photo du 10 août (5 jours d'écart entre l'action et la vidéo, donc).

Source de la carte : isislivemap.com

Type de vidéo : c'est une vidéo de défense agressive, l'EI attaque les positions du régime autour de Humaymah alors même que son adversaire tente de percer sur ce front.

Découpage (séquences) :

1 : 15''-1'33 » », introduction.
2 : 1'33''-6'30'', assaut sur des positions du régime à Humaymah.

Forces attaquées/adversaires : forces du régime syrien.

Effectifs engagés : colonne mécanisée avec des effectifs relativement importants.

mardi 15 août 2017

Mourir pour le califat 103/Les flèches des monothéistes (2)-Wilayat Kirkouk

Titre : Les flèches des monothéistes (2).

Durée : 7 minutes 15 secondes.

Lieu(x) : wilayat Kirkouk.







Base de la carte : isislivemap.com


Date (sûre par recoupement ou estimée) : vidéo mise en ligne le 6 août 2017.

Certaines images correspondent à un reportage photo du 25 juin (front des champs pétrolifères Alas et Ajeel).

Le tir 1 correspondant à une vidéo Amaq du 8 mai.

Type de vidéo : vidéo thématique sur les snipers.

Découpage (séquences) :

1 : 15''-41'', introduction.
2 : 41''-1'45'', tirs de snipers.
3 : 1'45''-3'05'', tirs de snipers.
4 : 3'05''-7'15'', instruction et tirs de snipers.

Forces attaquées/adversaires : miliciens chiites, Kurdes, police fédérale.

Effectifs engagés : néant.

Moyens d'appui utilisés (canons, mortiers, armes artisanales...) :

Séquence 1 : sniper camouflé avec fusil PSL à lunette, camouflé également, et bipied.



Séquence 2 : 2 snipers en tenue camouflée avec SVD/PSL. Tandem sniper/observateur, observateur avec jumelles, tireur avec PSL et bipied. Tirs :



1 : soldat debout sur un bunker (touché). Tir de mitrailleuse juste derrière pour arroser le secteur visé.
2 : soldat en faction (touché) ; le camarade à côté de lui porte un écusson qui semble être celui de la milice chiite Saraya al-Khorasani.

Séquence 3 : sniper en tenue camouflée, avec SVD/PSL. Tirs :




3 : soldat en patrouille (touché).

Sniper en tenue camouflée avec un PSL à bipied.

4 : groupe de 3 combattants (1 touché, probablement tué).
5 : soldat en faction à côté d'un bunker (2 autres soldats visibles ; touché).
6 : arrière d'un camion bâché ; tir de mitrailleuse juste après sur la même cible.
7 : soldat en faction (touché).

Séquence 4 : groupe de 4 snipers en tenue camouflée avec SVD/PSL. Ils suivent le cours d'un instructeur, avec tableau blanc. Tandem sniper sur PSL avec bipied/observateur avec jumelles. 1 des 4 snipers qui écoute l'instructeur a bien un PSL. Tirs :









8 : homme assis en faction, touché.
9 : homme en faction, touché.
10 : 2 hommes, un peut-être touché.

Sniper avec PSL, bipied.



11 : homme observant à la jumelle, touché.

Pick-up de policiers fédéraux visé par un tir de mitrailleuse.
Groupe de policiers fédéraux visé par un tir de mitrailleuse.

Véhicules utilisés (chars, véhicules blindés, technicals...) : néant.

Kamikazes (identités) : néant.

Véhicules kamikazes (types, impacts) : néant.

Armes légères et lourdes (fusils d'assaut, mitrailleuses, RPG, etc) - groupes de combat et leurs tactiques : néant.

Destructions de véhicules adverses : néant.

Butin matériel : néant.

Morts/prisonniers/blessés adverses : néant.

Morts/blessés de l'EI : néant.

Effets visuels/montage/techniques de propagande : au début de la vidéo, la louange à Allah est suivie de la mention « Islamic State » et du logo de la wilaya.

Religion : séquence 2, discours d'Abu Omar Al Baghdadi.

Séquence 4 : discours d'Abu Hamza Al Muhajir.

Personnes remarquables : néant.

Nasheeds (poèmes chantés) présents dans la vidéo :


2 : 1'47''-3'25'' The fight has come

3 : 6'01''-7'03'' Dawlati Baqiyah

Commentaires particuliers : cette vidéo thématique sur les snipers de la wilayat Kirkouk fait suite à une première mise en ligne le 7 avril dernier. La wilayat Kirkouk semble avoir adapté le format type « Amaq améliorée » que l'on voit depuis le mois de juin dans les vidéos longues : format court (ici 5 minutes à peine), peu de commentaires audios. Les tirs montrés, pour les correspondances établies, sont de mai-juin, soit assez loin de la mise en ligne, comme la vidéo précédente. Les snipers de la wilayat opèrent en partie sur le flanc sud de la poche de Hawija, autour des champs pétrolifères Alas et Ajeel. Ce sont ici de vraies équipes de snipers, avec tandem sniper/observateur, et non des tireurs d'élite intégrés aux groupes de combat. Le matériel utilisé est moins varié que dans la vidéo précédente avec seulement des SVD Dragunov et FPK/PSL. En revanche, on note que les snipers opèrent parfois en duo avec une mitrailleuse qui arrose la cible après le premier tir.

Mourir pour le califat 102/Les charges de la rédemption (3)-Wilayat Homs

Titre : Les charges de la rédemption (3).

Durée : 15 minutes 48 secondes.

Lieu(x) : région à l'est et au sud de Palmyre, autour du champ pétrolifère d'Arak également, environs d'al-Sukhnah.







Date (sûre par recoupement ou estimée) : la vidéo a été mise en ligne le 13 août 2017.

Butin matériel de la séquence 7 (BMP-1, bulldozer) : correspond à un reportage photo du 31 mai 2017 (sud de Palmyre, al-Abassiyah).

Tir de ZU-23 sur Land Cruiser et tir de Grad sur pick-up dans la séquence 7 : correspond à un reportage photo du 5 juin 2017.

Tir de T-62 (séquence 5) : correspond à une vidéo Amaq du 26 juin 2017.

Canon S-60 de la séquence 7 sur camion : vu dans une vidéo Amaq du 29 juin 2017, est d'Arak.

Tir de missile Fagot dans la séquence 4 : correspond à un reportage photo du 5 juillet 2017.

Tir de T-62 dans la séquence 5 : correspond à un reportage photo du 3 juillet 2017.

Tir de ZU-23 sur Land Cruiser dans la séquence 5 : correspond à un reportage photo du 5 juillet 2017.

VBIED 4 : correspond à un reportage photo du 7 juillet 2017.

Embuscade sur un campement de combattants du régime (nord d'Arak) et tir de T-62, séquence 5 : correspond à un reportage photo du 10 juillet 2017.

Sniper avec SVD/PSL de la séquence 2 : correspond à un reportage photo du 11 juillet 2017.

Mitrailleur PK de la séquence 7 : correspond à un reportage photo du 11 juillet 2017.

Sniper de la séquence 2, tir de T-55 de la séquence 7, tir de missile antichar de la séquence 4 : correspondent à un reportage photo du 13 juillet 2017.

ZU-23 sur Land Cruiser de la séquence 4 : correspond à un reportage photo du 14 juillet 2017.

VBIED 1 : correspond à un reportage photo du 14 juillet 2017.


dimanche 13 août 2017

Mourir pour le califat 101/Les ombres des fers de lance-Wilayat al-Furat

Titre : Les ombres des fers de lance.

Durée : 7 minutes 38 secondes

Lieu(x) : l'assaut sur la milice chiite Kataib Sayyid al-Shuhada a lieu dans le secteur de Jamouna, à 50-60 km environ à l'est d'al-Tanaf.






Date (sûre par recoupement ou estimée) : la vidéo a été mise en ligne le 11 août 2017.

L'assaut montré dans la vidéo remonte au 7 août 2017 probablement soit 5 jours avant seulement (reportage photo + vidéo Amaq).

Type de vidéo : c'est une vidéo offensive (raid mécanisé).

dimanche 6 août 2017

Mourir pour le califat 100/Aperçu des batailles de la wilayat Dijlah-Wilayat Dijlah

Titre : Aperçu des batailles de la wilayat Dijlah.

Durée : 8 minutes 22 secondes.

Lieu(x) : Les inghimasiyyi de la séquence 2 sont formés à al-Zab, dans la poche de Hawija, à 35 km au nord de Baiji et à une trentaine de kilomètres au sud-est de Shirqat. l'assaut nocturne de la séquence 4 se déroule à al-Huriyah, à 10 km au nord de Shirqat.



Date (sûre par recoupement ou estimée) : vidéo mise en ligne le 4 août 2017.

Tir de missile antichar 2 (sur un Humvee) : correspond à un reportage photo du 9 janvier 2017.

Assaut nocturne de la séquence 4 : correspond à un reportage photo du 17 mars 2017 (près de Shirqat).

Séquence 2 : reportage photo montrant la fin de la formation d'inghimasiyyi et leur ba'ya près de la ville d'al-Zab, 24 mai 2017.

mercredi 2 août 2017

Mourir pour le califat 99/Les râles d'agonie des tribus-Wilayat al-Raqqah

Titre : Les râles d'agonie des tribus.

Durée : 30 minutes 17 secondes.

Lieu(x) : l'opération inghimasi de la séquence 4 a lieu dans le quartier industriel à l'est de Raqqa.







Date (sûre par recoupement ou estimée) : vidéo mise en ligne le 30 juillet 2017.

VBIED 2 : reportage photo du 8 juin 2017 (quartier d'al-Mashalab, sud-est de Raqqa).

Tir de missile antichar 5 : reportage photo du 9 juin 2017.

Tir de missile antichar 2 : reportage photo du 10 juin 2017.

Frappe de drone armé 2 : reportage photo du 14 juin 2017.

Tir de missile antichar 6 : reportage photo du 15 juin 2017.

Corps et bâtiment en feu de la séquence 4 : reportage photo du 18 juin 2017.

Lance-grenades AGS-17 de la séquence 3 : reportage photo du 21 juin 2017.

VBIED 5 : reportage photo du 22 juin 2017.

VBIED 3 : reportage photo du 23 juin 2017.

VBIED 4 : reportage photo du 24 juin 2017.

Tir de SPG-9 à l'épaule à côté du mitrailleur PK unijambiste (séquence 3) : reportage photo du 26 juin 2017.

Combats de rues avec jet de grenade de la séquence 4 : reportage photo du 27 juin 2017.

Sniper de la séquence 4 avec Steyr SSG69 (?) : reportage photo du 27 juin 2017.

Mortier lourd de la séquence 4 : reportage photo du 2 juillet 2017.

Bâtiment mitraillé par le ZU-23 sur technical de la séquence 3 : reportage photo du 4 juillet 2017.

Tir de canon sans recul SPG-9 porté à l'épaule de la séquence 3 : reportage photo du 5 juillet 2017.

Mitrailleur PK de la séquence 4 : reportage photo du 6 juillet 2017.

Lance-roquettes M79 Osa de la séquence 4 : reportage photo du 6 juillet 2017.

A-10 américain en vol dans la séquence 4 : reportage photo du 13 juillet 2017.

jeudi 27 juillet 2017

Dorothée SCHMID, La Turquie en 100 questions, Paris, Tallandier, 2017, 281 p.

J'étais jusqu'ici partagé sur l'intérêt de la nouvelle collection de Tallandier, En 100 questions. Le volume sur l'Etat Islamique laissait vraiment à désirer. Celui sur l'Iran était bien meilleur. La lecture de deux autres opus me confirme dans l'idée que comme souvent, tout dépend de qui écrit. Ce volume-ci est réalisé par Dorothée Schmid qui dirige le programme Turquie contemporaine/Moyen-Orient de l'IFRI.

Le résultat, autant le dire tout de suite, est bon. Les 100 questions sont découpées en 7 thématiques, qui sont éclairées par l'introduction. La Turquie est un pays relativement jeune, mais héritier d'une longue histoire : en pleine crise d'identité, le pays cherche à se réapproprier son histoire, mais aussi à lui donner du sens. Depuis 2002, Erdogan et l'AKP sont aux commandes de la Turquie. Après une décennie d'ouverture et une image de modèle, la Turquie bascule de nouveau depuis 3 ou 4 ans dans une phase répressive et de crispation du pouvoir. La dynamique progressiste a été mise sous le boisseau, en particulier depuis 2015. La croissance économique est  bien là, mais elle reste fragile. Le pays cherche à s'assumer comme une puissance régionale, mais les printemps arabes ont bousculé le rôle adopté sous l'AKP et Erdogan, empêtrés dans la lutte contre l'EI et la guérilla menée par les Kurdes. Les rapports avec l'Europe, et la France, restent compliqués, liés à l'enjeu de l'intégration dans l'EU, et maintenant du conflit syrien et de la guerre contre l'Etat Islamique.

Le texte s'accompagne de quelques cartes disposées au fil du texte, ce qui est une excellente chose. On relève à peine une ou deux coquilles sur les dates. Une bibliographie, peut-être un peu courte (mais il s'agit de ne pas noyer le lecteur dans cette collection, évidemment), est fournie en fin de volume. On regrette presque qu'on ne puisse lire davantage de contenu, notamment dans la dernière partie sur les rapports entre Turquie, France et UE (8 questions seulement). J'aurais aimé pour ma part un point sur le parti Egalité et Justice, tremplin de l'AKP dans la communauté turque en France, que l'on voit de plus en plus présent dans les dernières élections.

Mourir pour le califat 98/Capture du village d'Imam al-Gharbi-Wilayat Dijlah

Titre : Capture du village d'Imam al-Gharbi.

Durée : 3 minutes 56 secondes.

Lieu(x) : village d'Imam al-Gharbi. Séquence 1 : affrontement de nuit à l'ouest du village.







Date (sûre par recoupement ou estimée) : vidéo mise en ligne le 20 juillet 2017.

Tir de missile antichar sur un BMP-1 : vidéo Amaq du 8 juillet.

Images de tir du technical avec KPV : reportage photo du 9 juillet.

Images de combats dans le village : vidéo Amaq du 13 juillet.

Type de vidéo : c'est une vidéo d'offensive, l'EI attaque, occupe et défend le village d'Imam al-Gharbi.

mardi 25 juillet 2017

Mourir pour le califat 97/Une nation fertile (3)-Wilayat al-Raqqah

Titre : Une nation fertile (3)

Durée : 5 minutes 46 secondes.

Lieu(x) : Raqqa.

Date (sûre par recoupement ou estimée) : vidéo mise en ligne le 14 juillet 2017.

Tir antiaérien dans la séquence 2 : reportage photo du 13 juillet.


Type de vidéo : vidéo thématique sur les snipers.

Découpage (séquences) :

1 : 13''-1'19'', introduction.
2 : 1'19''-5'46'', snipers en action, propagande, statistiques.

Forces attaquées/adversaires : les SDF. Dans la séquence 2, un véhicule blindé improvisé des SDF est filmé par l'EI.

Effectifs engagés : néant.

lundi 24 juillet 2017

Richard BARON, Major Abe BAUM et Richard GOLDHURST, Raid ! The Untold Story of Patton's Secret Mission, Dell Publishing, 1981, 262 p.

"La seule erreur que j'ai faite durant la campagne en Europe est de n'avoir pas envoyé un Combat Command à Hammelburg". Voilà comment le général Patton résume dans son journal personnel, publié après sa mort, le désastreux raid de la Task Force Baum sur le camp de prisonniers allemand d'Hammelburg. C'est un épisode méconnu du parcours de Blood and guts. Il est parfois occulté dans des biographies consacrées à Patton, comme celle de Y. Kadari parue il y a quelques années qui n'en parle même pas. J'avais commis il y a quelques années un article de synthèse pour le magazine 2ème Guerre Mondiale sur cet épisode. Richard Goldhurst, lui-même vétéran de la Seconde Guerre mondiale, s'attache dans ce livre à en retracer l'histoire, avec l'aide de deux des acteurs de l'épisode, Baum, et Richard Baron. C'est l'un des seuls ouvrages disponibles sur le sujet, avec celui de Charles Whiting.

C'est le 25 mars 1945, au moment où les troupes américaines traversent le Main en Allemagne, que Patton envisage de lancer un raid sur le camp de prisonniers d'Hammelburg. Objectif : retrouver et ramener John Waters, le propre gendre de Patton, capturé en Afrique du Nord en 1943 et tout juste transféré d'un camp en Pologne dans celui d'Hammelburg. La mission échoit à la 4th Armored Division, unité d'élite particulièrement appréciée par Patton, et à son Combat Command B commandé par Creighton Abrams, futur commandant en chef au Viêtnam et futur chef d'état-major de l'armée américaine. Abrams et Cohen, qui commande le 10th Armored Infantry Battalion, choisissent, en accord avec Patton, le capitaine Baum pour commander la Task Force. L'objectif de la mission reste secret : Patton et son aide de camp le major Stiller, qui accompagne la Task Force pour reconnaître et ramener Waters, insistent sur le fait qu'il s'agit de délivrer les prisonniers. Abrams voudrait envoyer son Combat Command au complet mais Patton, pour des raisons de discrétion, limite l'opération à un effectif réduit : 53 véhicules au total, et 294 hommes, avec chars M-5 Stuart, M-4 Sherman (avec quelques exemplaires de la version à canon de 105), half-tracks et jeeps. Mais la force n'a pas assez de véhicules pour ramener tous les prisonniers et surtout, pas un ravitaillement en essence suffisant pour faire l'aller-retour. L'impréparation et le surcroît de confiance, au niveau de Patton, sont criants.

mercredi 12 juillet 2017

Went the day well ? (1942) d'Alberto Cavalcanti

Angleterre, pendant la Seconde Guerre mondiale. Un groupe de soldats britanniques arrive dans le petit village de Bramley End. La population de la petite localité les accueille et organise leur cantonnement. Ce qu'elle ignore, c'est que le détachement est en réalité composé de parachutistes allemands chargé de préparer un débarquement. Ceux-ci bénéficient de la complicité d'un traître dans la population...

Les studios Ealing sont davantage connus, dans l'histoire du cinéma britannique, pour leurs comédies, notamment entre 1949 et 1957. Mais pendant la Seconde Guerre mondiale, ils ont contribué à la propagande britannique. Le tout est alors chapeauté par le ministère de l'Information, qui ne s'investit toutefois que dans la réalisation d'un seul film, 49ème parallèle (1941), excellent au demeurant. Le ministère a surtout un rôle de coordination entre les producteurs et les instances gouvernementales : Went the day well ? (dont le titre vient d'un poème d'Edmonds de 1918) répond ainsi à une commande pour alerter la population sur les dangers d'une invasion allemande.




Le thème de la "5ème colonne" a déjà été exploité par Hollywood, mais les Britanniques optent pour un ton résolument différent : Cavalcanti, à la réalisation, détourne un roman de Graham Greene dont il ne reste plus grand chose dans le film.


La scène d'introduction, où un villageois ayant été témoin et acteur des faits résume l'histoire qui va se dérouler, a un ton d'anticipation, puisqu'elle est censée se dérouler après la fin de la guerre (on est alors en 1942 !).





Le changement de tons dans le film est remarquable. Le début pose ainsi le cadre de Bramley End, épargné par la guerre, et reflète la campagne britannique pendant le conflit. Une approche sociologique en devenir, qui veut montrer que les habitudes cachent parfois des secrets : les habitants ne détectent pas la présence d'un traître et ne veulent pas voir les indices tendant à prouver que les soldats anglais sont en réalité des Allemands. D'autant plus que ceux-ci commettent bévue sur bévue. Quand la vérité se fait jour, toutes les tentatives des habitants pour alerter l'extérieur, la Home Guard et plus loin, échouent, comme une punition pour leur inconséquence.


Dès lors le ton change du tout au tout : les Allemands exécutent le révérend devant ses ouailles à l'église, abattent les hommes de la Home Guard qui rentrent au village ; une épicière du village assassine froidement un soldat allemand qu'elle logeait avant d'être elle-même tuée par un de ses camarades. Le propos du film est bien d'alerter la population sur le danger de la subversion : les actes des villageois pour se défendre ne sont pas héroïsés, ils sont mis sur le même plan que le comportement des Allemands, et la violence continue jusqu'à la bataille finale.


Pour enfoncer le clou, le commandant allemand est joué par Basil Sydney, acteur britannique consommé ; le rôle du traître échoit à Leslie Banks. Tous deux avaient incarné des officiers britanniques classiques par le passé.

Went the day well ? est donc un film de guerre, pendant la guerre, qui sort de l'ordinaire, avec une dose de réalisme, et non de propagande ; on pense à d'autres réalisations britanniques pendant le conflit comme In which we serve, sur le service de la Royal Navy. On notera que l'intrigue semble avoir inspiré le livre de Jack Higgins, The Eagle has landed (1975) qui sera adapté en film l'année suivante avec Michael Caine et Robert Duvall notamment.

dimanche 9 juillet 2017

Embuscade (Rukajärven tie) de Olli Saarela (1999)

Juillet 1941. Alliées à l'Allemagne nazie qui a déclenché l'opération Barbarossa contre l'URSS le 22 juin, les troupes finlandaises entrent en Carélie. Le lieutenant Eero Perkola (Peter Franzen), au repos, reçoit l'ordre de diriger sa section d'infanterie légère sur le front. Sur place, il retrouve sa fiancée, Kaarina (Irina Björklund) qui s'est engagée dans les auxiliaires féminines pour le suivre. Perkola enjoint à Kaarina de repartir à l'arrière et le demande à son supérieur, un major, qui en échange le retient pour une mission spéciale de reconnaissance sur les flancs découverts de la division. Perkola accepte et part avec ses hommes. Le convoi de Kaarina est attaqué par les Russes : seule survivante, elle est capturée. Perkola reçoit l'annonce de sa mort par son commandement : la nouvelle le trouble, alors que sa section doit faire face aux embuscades, à la guérilla et aux pièges explosifs laissés par les Russes...

Embuscade est inspiré d'un roman d'Antti Tuuri, dont un autre, Talvisota, sur la guerre d'Hiver, avait déjà fait l'objet d'un film en 1989. Il est moins réussi que ce dernier ou que Tali-Ihantala (2007), autre film finlandais sur l'engagement militaires du pays pendant la Seconde Guerre mondiale. Il a pourtant été très populaire en Finlande car il casse les codes traditionnels des films de guerre nationaux en transposant la guerre à un niveau individuel, intime même (on sent l'influence d'Hollywood, de Saving Private Ryan etc), avec la romance qui n'apporte pas grand chose à l'histoire. Le film repose sur la tension imposée à l'officier, qui doit accomplir une mission périlleuse et qui reçoit la nouvelle (fausse) de la mort de sa fiancée. S'il réprimande un soldat à la gâchette facile qui exécute un civil russe prenant la fuite en rencontrant la section, avant de recevoir la nouvelle de la mort de sa fiancée, il laisse ensuite le soldat aux instincts les plus durs de sa section exécuter un prisonnier soviétique blessé. En ce sens, le film reflète sans doute assez bien la réalité de la guerre sur le front de l'est. La peinture des Soviétiques, en revanche, est assez caricaturale. Comment souvent dans les films finlandais récents sur le conflit, la reconstitution est soignée : la section est armée de PPSh-41 de prise, de Suomi M31, de Mosin Nagant M/39 finlandais, on voit aussi des M91/30 russes, un Tokarev SVT-40, une DP-28, une Maxim M1910 et une mitrailleuse légère finlandaise Lahti-Saloranta LS/26.