mardi 20 février 2018

Michael BONNER, Le jihad. Origines, interprétations, combats, Paris, Téraèdre, 2014, 213 p.

Ce livre est la traduction d'un ouvrage en anglais important sur le jihad. C'est une introduction à la question du jihad, et surtout de ses origines, et non une histoire globale du phénomène. L'auteur présentes les origines du jihad comme une suite d'événements au sein de l'histoire islamique ; la notion a fait partie de la construction d'Etats et de sociétés nouveaux. Le jihad trouve évidemment un écho dans la récupération qu'en font certains mouvements contemporains, qui s'en rapprochent et s'en écartent tout à la fois.

Le jihad est souvent présenté comme double : intérieur, contre soi-même, et extérieur, contre l'ennemi de l'islam. C'est d'abord un corpus de textes juridiques. La notion renvoie aussi à la question du détenteur de l'autorité chez les musulmans ; elle soulève d'autres problèmes (jihad "véritable" face au simple combat, jihad interne contre jihad externe, jihad collectif contre jihad individuel)

Le jihad n'apparaît pas en tant que tel dans le Coran, mais ses racines et son sens y sont déjà. Le problème est que les versets du Coran expriment des avis différents sur la guerre et la notion de jihad ; les juristes musulmans ont donc fait appel aux sources extérieures au Coran (hadiths, Sira, etc) pour tenter d'unifier la pensée autour de cette idée. Bonner explique que le Coran, qui insiste sur l'idée de la générosité de Dieu, présente le combat comme offrant une "récompense" à celui qui le pratique, plutôt qu'une idée de "don de soi".

La vie de Mahomet, dans sa partie finale (622-632), a été marquée par la guerre. Les textes relatifs à cette période, sira, maghazi, parlent plus du jihad externe qu'interne, mais ce dernier est toutefois présent. Dans le hadith, qui comme les autres sources a été mis par écrit souvent bien a posteriori, le thème de la propagation de la foi tient une place importante. De même que celui de la conduite de la guerre, de sa direction, de la jizya (capitation), de l'ascétisme, du martyre, du mérite du jihad, de la place du jihad dans les pratiques islamiques, de la question de la "bonne intention" et du jihad intériorisé. Les hadiths débattent aussi de la question de savoir si l'on peut combattre pour de l'argent, ce qui soulève des oppositions.

Avec les grandes conquêtes, les Arabes vont constituer pendant près d'un siècle un groupe guerrier privilégié, et urbain. Bonner présente les explications "islamiques" et non-islamiques de la conquête. Une approche plus récente montre que c'est en fait la création d'un Etat central musulman qui a un rôle décisif : il fait ses preuves dans les guerres contre l'apostasie, puis canalise les raids contre les empire byzantin et sassanide, s'enrichit et se consolide par la conquête, l'islam servant d'idéologie. La vision réconcilie en quelque sorte les deux types d'explications. Reste aussi la question des sources, écrites souvent bien longtemps après les événements, et qui sont encore d'utilisation difficile ; on a même voulu écrire l'histoire des conquêtes en se servant des sources exclusivement non-islamiques (!) pour gagner en authenticité... il n'en demeure pas moins que l'explication "islamique" a du sens, parce que l'islam a marqué une rupture.

Le martyre n'est pas propre à l'islam, on le trouve chez les chrétiens. Le terme shahid signifie d'ailleurs aussi "témoin". Mais la tradition islamique insiste beaucoup plus sur l'effort physique, le combattant que sur la passivité et la non-violence. Le martyre est particulièrement important pour les chiites. La jurisprudence islamique a aussi établi des martyres non-combattants. Le martyre musulman est donc bien différent du martyre chrétien, de même que la croisade ne fait pas pendant au djihad mais a sa logique propre.

Dans la société de conquête créée par l'islam, le combattant recevait un traitement fixe, mais des convertis sont parvenus à se faire inscrire sur les listes de bénéficiaires. Sous la période omeyyade, le régime fiscal islamique, qui s'installe progressivement, pèse beaucoup plus sur la terre et la campagne sur le commerce et les villes. Au départ, les musulmans font payer la jizya aux monothéistes ; mais sous les Abbassides, les musulmans constituent ensuite l'essentiel de la population. Ce qui explique que les musulmans aient lancé des raids sur terre et sur mer, pour continuer d'entretenir l'Etat formé par les conquêtes. Le statut des dhimmis était relativement privilégié, sauf par moments dans les provinces périphériques au contact de l'adversaire (Espagne, Syrie). Les juristes musulmans bâtissent ensuite les concepts de demeure de l'islam (Dar al-islam) et de demeure de la guerre (Dar al-Harb), la guerre visant non pas la conversion forcée mais à étendre la domination de Dieu sur la plus grand étendue possible.

Une des caractéristiques communes des sociétés musulmanes séparées par la distance est la présence d'érudits religieux, dont des docteurs en droit, prenant sur eux de participer au jihad. Sur le front de Syrie du Nord, contre les Byzantins, le phénomène est ancien, et massif : Abou Ishak al-Fazari, Abdallah ibn al-Mubarrak, Ibrahim ibn Adham, entre autres, pour les plus importants. En Arabie, les savants médinois lient étroitement jihad et charité, car ils sont attachés à la conservation de la tradition islamique. A La Mecque, on se pose la question de savoir si le jihad doit être universel, et on le place en parallèle du pélerinage. En Irak, qui connaît beaucoup de violences internes, al-Shafi met au point la doctrine de "l'obligation collective" du jihad, notamment en cas de guerre défensive. En Afrique du Nord et en Espagne, le jihad peut être utilisé à des fins politiques ; quand les armées se professionnalisent, les savants érudits passent au ribat de repli, ascétique, et le jihad devient une idée abstraite qui n'a plus grand chose à voir avec la réalité de la guerre. En Asie centrale, les traces sont plus faibles car les "cerveaux" sont souvent partis à l'ouest. On voit ainsi que le jihad continue d'alimenter des querelles et que ses origines sont multiples.

L'islam s'étend, sous les Omeyyades, par la guerre. Dans ce que Bonner appelle le "jihad impérial", l'empire musulman atteint son expansion maximum, non sans revers (expéditions contre Constantinople). Cet empire centralisé est-il mort de vivre au-dessus des moyens, périclitant faute de conquêtes ? Il faut peut-être y voir aussi l'incapacité d'un centre ne pouvant plus contrôler ses périphéries. Ce qui est sûr, ce que les Omeyyades ont accouché de la législation sur la guerre. A la fin de la période, on voit apparaître en Syrie l'idée du jihad comme obligation individuelle, qui ne persuade d'ailleurs pas les autres provinces. Les Omeyyades ont aussi suscité contre eux des oppositions : celle des chiites, qui se construisent comme un autre système musulman, avec un jihad qui ne peut venir de l'autorité religieuse (celle-ci étant absente) et qui vise tous les autres musulmans ; et les kharijites, fondamentalistes dans leur lecture du Coran, qui font du jihad un pilier de l'islam, et qui déclarent tous les autres musulmans infidèles. Les Abbassides s'engagent beaucoup plus dans les opérations militaires que les Omeyyades, donnant naissance à la figure du ghazi-calife. L'éclatement du califat donne naissance à de nombreux Etats souvent dirigés par des militaires professionnels. Néanmoins le jihad perdure, sur la frontière avec les Byzantins, en Espagne, en Afrique du Nord. Les érudits combattants reviennent à la faveur des croisades, avant que la figure du ghazi-sultan ne se réimpose avec Saladin, qui tente d'allier le concept avec les érudits. Les croisades sont un moment de "renouveau sunnite", combinant le jihad avec une attitude plus dure contre les dissidences. Plus tard, Ibn Tamiyya anathématise les Mongols convertis à l'islam, qui ne sont pour lui que des "hypocrites" ; les mouvements actuels s'en réclament, pour diriger la violence contre l'Etat. Bonner termine la partie par l'analyse du jihad chez les Ottomans et les corsaires barbaresques. Le jihad accompagne la formation des Etats, avec les savants religieux ; mais il n'apparaît vraiment qu'à la fin du VIIIème siècle. Il rassemble une variété de figures : le guerrier tribal, le chef, l'érudit, et le volontaire, certaines pouvant se combiner.

Avec l'arrivée des Européens et la colonisation, le jihad, qui a servi de résistance contre l'agresseur, est repensé. En Inde, on insiste sur la nécessité de rattraper le retard sur les Europens -de relancer le jihad intérieur. Dès la fin du XIXème siècle, des juristes définissent le jihad comme guerre défensive, et créent une législation islamique internationale. A contrario, des penseurs comme al-Bann, Qutb vont insuffler un souffle nouveau au jihad. S'inspirant d'Ibn Tamiyya, ils présentent l'islam de leur époque comme corrompu, digne de la jahiliyya. Il faut combattre ces faux musulmans : une élite doit mener le combat vers le véritable islam. Qutb rejette non pas l'ennemi extérieur mais l'Etat moderne, ce qui va conduire, au nom du jihad offensive, au recours au terrorisme systématique. Ces mouvements vont aussi utiliser le don et la générosité, mis en parallèle du jihad, pour se développer. Bonner, à l'époque de rédaction du livre, affirmait combien l'objectif de restauration d'un califat universel était éclipsé par les attentats terroristes, véhiculés par la culture de masse et les médias internationaux, et qui font le culte du martyre.

L'islam canalise et hiérarchise les pratiques des sociétés nomades de l'Arabie, par la générosité et la réciprocité. La razzia est dirigée par un chef choisi sur des critères religieux. Le combattant peut espérer une récompense divine, ce qui lui fournit une motivation. La société de la conquête, et l'Etat qui va avec, se délite rapidement, et devient un idéal. Le jihad naît durant cette période de transition, en particulier sur les frontières. Les deux jihads, interne et externe, sont en réalité présents simultanément. A tel point que les Etats islamiques pré-modernes lançaient des expéditions de pillage, sans espoir de conquête, qui n'étaient jamais remises en cause. Les jihadistes contemporains ne respectent pas l'exigence de ne pas tuer les non-combattants, ni celle concernant le suicide propre à cette époque ; ils s'intéressent en outre uniquement aux débuts de l'islam, rarement aux Abbassides ou aux Ottomans. Les jihadistes ne pratiquent pas le combat et la générosité, ne semblant souvent intéressé que par le premier. Les origines du jihad relèvent aussi de cette tension, en équilibre dans l'histoire de l'islam, parfois non.

Par cette traduction française, on peut avoir ainsi accès facilement à une remise en perspective historique sur la notion de jihad, qui peut-être comparée aux évolutions récentes, aussi, du djihadisme international, notamment depuis la naissance de l'EI.

lundi 19 février 2018

La révolte des dieux rouges (Rocky Mountain) de William Keighley (1950)

Mars 1865. Le général Robert E. Lee envoie 8 cavaliers, dont le capitaine Barstow (Errol Flynn) qui dirige le détachement, en Californie. Leur mission : rallier Cole Smith, qui peut mobiliser des partisans pour la cause sudiste et déstabiliser la Californie, pour soulager le Sud au bord de la défaite. Les confédérés rencontrent un certain California Beal qui se présente comme le bras droit de Smith. Puis ils aperçoivent une diligence poursuivie par des Indiens Shoshone. Au risque de compromettre sa mission, Barstow vole au secours de la diligence...

Rocky Mountain (que la traduction française transcrit encore une fois bizarrement sous le titre "La révolte des dieux rouges") est un western où s'illustrer un Errol Flynn vieillissant, qui tombe amoureux sur le tournage de la jeune Patrice Wymore (23 ans), laquelle restera sa femme, malgré une séparation de fait, jusqu'à sa mort en 1959.














Le scénario du film ne repose pas sur un événement authentique, même si la Californie, largement épargnée par la guerre de Sécession, a connu une agitation sudiste (particulièrement dans sa partie sud), des tentatives de sécession et une activité sporadique de guérilla. Par ailleurs les forces de l'Union sont effectivement en guerre contre les Indiens Shoshone à cette époque. Pour le reste, la mise en scène, sobre et efficace, manque peut-être d'un trait supérieur. D'autant que l'histoire initiale, liée à la guerre de Sécession, disparaît vite face au péril indien. L'occasion, comme souvent à l'époque, de faire se retrouver Yankees et sudistes face à un ennemi commun, et de gommer ainsi le déchirement de la guerre civile -schéma classique dans le genre western, à l'époque. Le final, logiquement, est sombre, à l'image du sort de la cause confédérée. Flynn, transpercé de flèches, s'écroule en dernier au milieu de son détachement massacré, le Sud perd la guerre, malgré l'hommage au drapeau. Et le film est le dernier western d'Eroll Flynn, ce qui symboliquement rend encore le tout plus fort.

Juliette MORILLOT et Dorian MALOVIC, La Corée du Nord en 100 questions, Texto, Paris, Tallandier, 2018, 379 p.

Ce titre de la collection "En 100 questions" de Tallandier porte sur la Corée du Nord. Initialement paru en 2016, le volume a été actualisé pour la réédition en poche (Texto). Il est signé par deux auteurs, Juliette Morillot, coréanologue, spécialiste de la péninsule coréenne, et Dorian Malovic, chef du service Asie au journal La Croix.

Ces derniers ont aussi bien utilisé des sources écrites que des sources orales, puisqu'ils ont mené des interviews auprès de personnes ayant fui la Corée du Nord. Le livre est le prolongement d'un autre, écrit à partir de ces témoignages, après la terrible famine des années 1990. Les auteurs appellent à mieux comprendre un pays caricaturé car mal connu, qui joue de cette image négative pour s'imposer sur la scène internationale et conforter sa position intérieure. En réalité, la Corée du Nord évolue, quand bien même il est toujours très difficile d'y accéder. Jouant des rivalités sino-américaines, elle sert aussi de prétexte aux Américains pour renforcer leur position en Asie. Le rêve d'une réunification des deux Corées semble aujourd'hui bien lointain.

Comme souvent dans la collection, le propos est divisé en parties thématiques (7). La partie Histoire (13 questions) insiste à juste titre sur les moments fondateurs : l'occupation japonaise, la guerre de Corée (même si les réflexions sur le déclenchement de la guerre de Corée -question 6- laissent un peu dubitatifs...). La partie Politique (16 questions) est sans doute plus intéressante : elle évoque les dirigeants successifs, le Juche, l'importance de la grande famine de 1995, la succession des 3 dirigeants et le tournant pris par Kim-Jong-Un. La partie Géopolitique est logiquement assez fournie (20 questions) : on y trouvera la description du programme nucléaire et balistique nord-coréen, et les intentions de la Corée du Nord derrière ce programme. Les questions évoquent aussi la problématique des personnes enlevées par les Nord-Coréens, ou la diplomatie française à l'égard du pays (quasi inexistante). La partie Réalités (16 questions) s'attache à montrer le fonctionnement véritable à l'intérieur du pays : via plusieurs témoignages, on comprend aussi que les habitants de la Corée du Nord ne cèdent pas à l'émigration massive, encore plus depuis l'arrivée au pouvoir de Kim Jon-Un, et pour cause ; ils ne sont spécialement bien intégrés en Corée du Sud. La partie Economie (9 questions) prouve l'ouverture du pays à l'économie de marché, en particulier depuis la grande famine, avec un rôle important pour les femmes. La partie Société et culture (13 questions) montre l'importance de l'ancienne structure sociale même sous un régime communiste, ainsi que celles de l'éducation ou du système de santé. Quand bien même des normes pesantes et un contrôle existent bien, ils sont minés par l'ouverture du pays. A défaut de conclusion, les deux auteurs proposent une dernière partie Propagande (8 questions) qui invite à se méfier des informations sur la Corée du Nord, plus ou moins fantaisistes, car parfois disséminées par la Corée du Sud, à dessein. Les réfugiés nord-coréens ont souvent été instrumentalisés ou ont choisi de donner une version bien éloignée de la réalité, parfois contre monnaie sonnante et trébuchante. La population de la Corée du Nord a une certaine connaissance du reste du monde, ne serait-ce que par le biais du tourisme et autres moyens de communiquer. A contrario, la Corée du Nord a souvent servi de méchant dans les productions occidentales des années 2000, et 2010, remplaçant les Chinois ou les Soviétiques.

On peut regretter que les deux auteurs ne présentent pas de bibliographie même indicative, préférant lister des chercheurs de référence sur la Corée du Nord, qu'ils utilisent d'ailleurs fréquemment dans le corps du livre. Toutefois, ce petit volume est commode, pour un néophyte comme moi, pour mieux cerner les enjeux actuels autour du "pays des matins clairs et frais" (plutôt que "pays des matins calmes" comme on le dit souvent, cf question 1).

René CLEMENT et Colette AUDRY, La bataille du rail, J'ai lu leur aventure 160, Paris, J'ai Lu, 1967, 189 p.

Volume de la fameuse collection "bleue", J'ai lu leur aventure, où René Clément et sa dialoguiste Colette Aubry retracent le scénario du film du même nom.

C'est l'histoire anonyme, ou presque, des résistants des chemins de fer, ceux qui font d'abord passer la ligne de démarcation, puis, après la disparition de celle-ci, sabotent, provoquent des retards, collaborent avec le maquis, enfin, pour empêcher la montée en ligne des renforts sur le front de Normandie. Le risque est bien là : les Allemands n'hésitent pas à prendre et fusiller des otages ; et quand ils mettent en ligne un train blindé pour protéger un convoi, l'assaut du maquis ne tient pas longtemps face à la puissance de l'engin.

Mais c'est aussi une certaine vision de l'histoire que délivre René Clément, puisqu'aucune allusion n'est faite à la collaboration, aux tiraillements parmi les résistants, ni à la participation de la SNCF aux convois qui emmenèrent les Juifs vers les camps de la mort. C'est en quelque sorte le reflet de la "France résistante" que l'on préfère voir après la Libération. Le film éponyme a d'ailleurs longtemps été pris comme un vrai documentaire, ce qu'il n'est pas. Si la contribution des cheminots à la Résistance fut sans aucun doute importante, René Clément, qui a une très bonne connaissance des chemins de fer, chapeauté par le Comité de Libération du Cinéma Français et la SNCF, a toutefois codifié une vision de la Résistance qui perdurera bien longtemps après la guerre. On la retrouve dans le livre.

dimanche 18 février 2018

Kokoda, le 39ème bataillon (2006) d'Alister Grierson

Juillet 1942. Les Japonais débarquent en Nouvelle-Guinée. L'Australie a perdu une division de son armée professionnelle à Singapour, et le reste combat aux côtés des Anglais dans le désert nord-africain. Elle doit engager ses conscrits, mal entraînés, mal équipés, surnommé les "chocos" car elle pense qu'il y vont fondre au feu. Débarqués à Port-Moresby, les chocos montent sur les monts Stanley, dans la jungle, à travers le seul chemin praticable, la fameuse piste de Kokoda. Une section de "chocos" du 39ème bataillon est stationnée près d'un village de la piste. Elle monte en ligne pour tenir un poste avancé. La section est attaquée par surprise par les Japonais, qui tuent au corps-à-corps le lieutenant de l'Australian Imperial Force (l'armée professionnelle), vétéran de l'Afrique du Nord, qui la commandait. Dirigée par le caporal Max (Simon Stone), fraîchement promu, les restes de la section se replient. Parmi eux le propre frère de Max, Jack (Jack Finsterer)...

Kokoda est inspiré de faits réels s'étant déroulé au début de la campagne de Kokoda, en juillet 1942 -une "patrouille perdue" du 39th Battalion. C'est également en raison de restrictions de budget que Grierson s'est limité à l'histoire d'un effectif réduit, montrant le combat des conscrits australiens face à la jungle, au climat et à la maladie plus que des Japonais, qui n'apparaissent quasiment pas comme tels dans le film (on les voit seulement avec leur camouflage ou comme des silhouettes lors de l'assaut à la fin). Le film a été tourné dans le Queensland en Australie.










L'intention du réalisateur est de montrer comment la poignée de "chocos", qui n'a aucune expérience de la guerre, livrée à elle-même après avoir perdu son officier, en est réduite à trouver par elle-même sa survie en crapahutant à travers la jungle. La jungle qui aspire les membres de l'unité un par un, quand ce ne sont pas les Japonais qui interfèrent. Grierson n'évite pas le passage sur les crimes de guerre japonais. Si l'ambiance de la campagne dans son milieu naturel est parfaitement rendu, le scénario n'est sans doute pas à la hauteur, de même que les personnages. Les scènes de combat, elles aussi, auraient gagné à avoir plus de punch. Il manque donc à Kokoda un trait de génie qui aurait pu en faire un grand film.

La Gloire et la Peur (Pork Chop Hill) de Lewis Milestone (1959)

Avril 1953. Alors que les négociations de paix à Panmunjon, en Corée, piétinent, les troupes chinoises s'emparent d'une colline, Pork Chop Hill, et taillent en pièces la compagnie américaine qui la défendait. Le lieutenant Clemons (Gregory Peck) reçoit l'ordre de reprendre immédiatement la colline dans une contre-attaque démarrant de nuit, avec la King Company...

Pork Chop Hill (que la traduction française transcrit en La Gloire et la Peur, pour s'éviter la côte de porc sans doute...) est le dernier film de guerre réalisé par Lewis Milestone, après A l'ouest rien de nouveau, A Walk in the Sun ou Halls of Montezuma. Le film est adapté du livre de l'historien militaire S.L.A. Marshall, officier de l'US Army, auteur de nombreux travaux sur le combat d'infanterie durant les deux guerres mondiales et la guerre de Corée. Marshall privilégiait l'histoire orale et l'interrogatoire de groupe au sein des unités pour faire émerger un récit. Sa méthode a été controversée après a mort.






La bataille de Pork Chop Hill, dont s'inspire le film, a lieu entre mars et juillet 1953, à la fin de la guerre de Corée. La 7ème division d'infanterie américaine tient cette colline, en position avancée sur la principale ligne de résistance face aux Nord-Coréens et aux Chinois. En face se trouvent les 141ème et 67ème division chinoises, unités entraînées aux assauts de nuit, embuscades, patrouilles et guerre de montagne. Les Chinois vont s'emparer de cette position pour montrer leur volonté de négocier le plus tard possible l'armistice. Les Chinois commencent par prendre, en mars 1953, une colline proche, "Old Baldy", lors d'une rotation de deux compagnies colombiennes. Entourant de fait Pork Chp Hill sur trois côtés, ils lancent un bataillon du 201ème régiment, la nuit du 16 avril, contre la compagnie E du 31st Infantry qui tient la colline. La compagnie K de Clemons, appuyée par la compagnie L, parvient à reprendre la position mais avec de terribles pertes ; un cafouillage dans les communications entre les échelons du commandement fait retirer à Clemons la compagnie G qui avait été mobilisée pour l'aider à tenir la position. Réduite à 10 hommes, la compagnie K est relevée par d'autres du 17th Infantry, qui vont devoir affronter les contre-attaques chinoises jusqu'au 18 avril.






Le film marque les débuts importants de plusieurs acteurs promis à une longue carrière : Harry Guardino (que l'on retrouve dans L'enfer est pour les héros quelques années plus tard ; George Shibata, qui joue l'officier opérations de la compagnie K dans le film, camarade de classe à West Point de Clemons, qui sert de conseiller technique sur le film. Marshall regrette d'avoir vendu les droits de son livre pour une somme à ses yeux trop modique. La représentation des deux soldats afro-américains de la compagnie K (Woody Strove et James Edwards) fait écho à l'histoire du 24th Infantry Regiment, unité entièrement composée de Noirs et appliquant donc encore la ségrégation, mal armée, mal entraînée, qui finit par être dissoute. Les Noirs sont alors répartis dans d'autres unités comme on le voit dans le film. Ce dernier a été tourné pour partie en Californie ; Peck a dirigé lui-même certaines séquences en dépit des récriminations de Milestone.






Milestone avait en quelque sorte réinventé le genre du film de guerre avec A l'ouest, rien de nouveau (1930). Il avait également marqué de son empreinte le genre, de nouveau, avec A Walk in the Sun (à budget restreint), mais aussi Edge of Darkness, réalisé pendant la guerre (1943). Pour Pork Chop Hill, il rencontre Gregory Peck, star unique en son genre à Hollywood. Milestone ne fera pas de son film sur la guerre de Corée une production ressemblant à celles de Fuller, ou même à celle d'Anthony Mann : le propos, comme le livre de Marshall, se concentre sur le comportement des hommes face au combat. Dans un contexte particulier : tout le monde sait alors que les négociations d'armistice peuvent aboutir d'un moment à l'autre, et peu de soldats américains ont envie d'être les derniers morts du conflit. Et pourtant, devant l'assaut chinois, les officiers mènent leurs compagnies à la charge pour reprendre une colline sans aucune importance stratégique, hormis celle de négocier en position de force. Milestone oppose le communiste chinois, qui lance ses unités vague après vague quelles que soient les pertes, aux Américains à court d'hommes, mais qui pleure chaque perte, parfois victime des défaillances de leur commandement ou de leur soutien (artillerie qui tire trop court). C'est ici une guerre de fantassins, sans char, sans aviation, où chaque mètre gagné l'est au prix du sang de l'infanterie. Milestone a d'ailleurs bien choisi les rôles secondaires qui encadrent Peck, dans la compagnie K (on reconnaît George Peppard). Le film ne comprend sans doute pas les meilleures scènes de combat du réalisateur, mais il sait maintenir la tension, avec l'usage de la guerre psychologique par les Chinois, l'interrogation sur l'issue des négociations et sur le qui sortira vainqueur.

 

samedi 17 février 2018

Les cavaliers (The Horse Soldiers) de John Ford (1959)

1863, pendant le siège de Vicksburg, durant la guerre de Sécession. Les généraux Grant et Sherman ordonnent au colonel Marlowe (John Wayne) de conduire une brigade de cavalerie derrière les lignes confédérées pour détruire la base de ravitaillement des sudistes à Newton Station. Grant envoie le chirurgien-major Kendall (William Holden) pour s'occuper des blessés de Marlowe. Deux fortes personnalités qui se retrouvent face-à-face pendant ce raid épique...






Les cavaliers est un western assez librement inspiré du roman du même nom d'Harold Sinclair (1956). Ce roman s'inspire lui-même d'un fait authentique : le raid de 17 jours du colonel Benjamin Grierson, avec 3 régiments de cavalerie nordiste, conçus comme une diversion à l'attaque principale sur Vicksburg. Grierson traverse le territoire confédéré du sud du Tennessee en passant par le Mississipi et jusqu'à Bâton-Rouge en Louisiane, semant la destruction sur son passage. Le célèbre chef de cavalerie confédérée Nathan Bedford Forrest ne peut arrêter le raid des 1 700 hommes de Grierson, étant lui-même aux troupes d'un autre raider nordiste. Pemberton, le commandant de la garnison de Vicksburg, doit immobiliser des troupes pour surveiller sa principale voie de chemin de fer pour le ravitaillement, et doit consacrer des troupes à repousser une autre feinte de Sherman, ce qui laisse le loisir à Grand d'opérer un débarquement pour refermer l'étau sur Vicksburg.




Le tournage du film, qui se fait en Louisiane et au Mississipi, est compliqué. Ford et Holden ne cessent de se quereller. Wayne est déjà préoccupé par son projet de film sur fort Alamo. Althea Gibson, ancienne championne de tennis qui tient le rôle secondaire de la servant noire de la jeune femme de l'aristocratie confédérée, est révoltée par son script qui lui fait adopter un parler d'esclave caricatural, et obtient de Ford son annulation. Pendant le tournage de la scène finale, un cascadeur, Fred Kennedy, se brise la nuque en tombant de cheval et meurt. Dévasté, Ford ne tourne pas la scène ultime de l'arrivée des cavaliers nordistes, sous les vivats, à Bâton-Rouge. Le film ne connaît pas un grand succès à sa sortie.






Il faut dire que Ford ne s'est mis que très tardivement à son premier film évoquant directement la guerre de Sécession. La production est investie par 6 (!) compagnies différentes, dont celles des deux scénaristes. Wayne et Holden demandent des cachets astronomiques, bien supérieurs à celui de Ford qui en conçoit une certaine rancoeur(Wayne cherche aussi de l'argent pour financer Alamo). D'après le témoignage de la femme de Wayne, Pilar, qui fera une crise de démence sur le plateau de tournage après avoir repris son abus de somnifères, son mari boit pendant le tournage, ce qu'il ne faisait jamais, de même que Holden, puis Ford, dévasté par la mort de Kennedy. Si Les cavaliers est en général mal considéré dans la filmographie de Ford, il entretien pourtant un jeu subtil sur la psychologie des personnages : Marlowe, ancien travailleur des chemins de fer, officier issu du rang, se voit condamné à ravager l'infrastructure ferroviaire et à assumer de lourdes responsabilités tout en étant torturé par la mort de sa femme ; Kendall, médecin fidèle à son devoir est en même rétif à l'autorité parfois violente de Marlowe. Constance Tower, qui incarne Hannah Hunter, l'aristocrate confédérée, représente le civil qui découvre l'horreur de la guerre : d'abord farouche partisane du Sud, puis aidant à soigner les blessés après la bataille, perdant sa suivante noire tuée par des franc-tireurs confédérés, avant de tomber amoureuse du colonel nordiste. Le film est plein de rebondissements et sait entretenir la tension : l'arrivée du train sudiste à Newton Station, l'intervention des cadets de l'école militaire confédérée, véritable scène d'anthologie. Le final peut décevoir quelque peu, mais il s'explique par la situation du tournage décrite ci-dessus. Les cavaliers reste donc un film à revoir, et à apprécier pour ce qu'il est : une oeuvre sombre.

vendredi 16 février 2018

Commando dans la mer du Japon (Hellcats of the Navy) de Nathan Juran (1957)

1944, pendant la guerre du Pacifique. Le commandant Casey Abbott (Ronald Reagan), à la tête du sous-marin Starfish, mène une mission périlleuse au large du Japon : récupérer une des nouvelles mines anti-sous-marines des Japonais pour les étudier et les contrer afin de permettre aux sous-marins américains d'investir la mer du Japon. Un des plongeurs du sous-marin, le lieutenant Barton, tourne autour du lieutenant Helen Blair (Nancy Davis), la femme que le commandant Abbott espère épouser. Lors de la mission, le sous-marin se retrouve menacé par un destroyer japonais. Abbott fait plonger le Starfish pour lui échapper, alors que Barton n'a pas encore été récupéré. Le second d'Abbott, Landon (Arthur Franz), ami de Barton, y voit une véritable trahison...

Hellcats of the Navy (bizarrement traduit en français sous le titre Commando dans la mer du Japon) est un film sur les sous-marins américains pendant la guerre du Pacifique produit par la Columbia. C'est le seul film où les époux Reagan (Nancy Reagan apparaissant avec son nom de jeune fille) jouent de concert pendant toute leur carrière. Le film est inspiré du livre du vice-amiral Lockwood portant le même titre (Lockwood commandait la flotte de sous-marins américains du Pacifique, il est d'ailleurs incarné dans le film).

L'amiral Nimitz fait une courte apparition au début du film pour le replacer rapidement dans son contexte. Dans son autobiographie, Reagan explique qu'il s'attendait à un film avec plus panache, à la manière d'un Destination Tokyo (1943) ; le fait qu'on propose à Reagan des films de moindre envergure ou des rôles secondaires, et son engagement croissant à la télévision, l'auraient poussé à quitter définitivement le grand écran. L'US Navy collabore étroitement à la réalisation du film, qui est tourné en partie dans la base navale de San Diego ; le film peut utiliser le sous-marin USS Besugo, un bâtiment de la classe Balao qui a été la classe de sous-marins américains la plus nombreuse de la guerre du Pacifique (amélioration de la classe Gato). Le film utilise des images d'archives pour certaines scènes (notamment les séquences de tirs et de combat) et il y a parfois des incohérences (une vedette lance-torpilles américaine figure un bâtiment du même type japonais...). Les maquettes ne sont pas toujours réussies (scène du raid à terre et des explosions ou des torpillages à la fin du film).

Au niveau du jeu des acteurs, l'association des époux Reagan ne fonctionne pas forcément : peut-être parce qu'ils sont déjà mariés, à la sortie du film, depuis plusieurs années, or ils doivent jouer la "crise" d'un couple pendant la guerre, et cela leur est visiblement difficile. Reagan joue moins bien l'officier qu'Arthur Franz, son second, qui lui a été navigateur de bombardier B-24 pendant la Seconde Guerre mondiale, abattu au-dessus de la Roumanie, échappé du camp de prisonniers. L'intrigue militaire, à proprement parler, n'arrive pas à accrocher le spectateur. Bref, un film de sous-marin que l'on oubliera vite, surtout à côté de classiques américains comme L'odyssée du sous-marin Nerka ou d'autres nationalités (Das Boot, etc).